Vous en avez marre de vivre dans les courants d’air et de recevoir des factures de chauffage exorbitantes ?
Il est peut-être temps de penser à isoler correctement sa maison. A la clef, un habitat sain et économe. On fait le point.

Les techniques à mettre en oeuvre

Bien isoler, signifie non seulement de limiter les déperditions de chaleur, mais aussi de se protéger des apports extérieurs.
Pour gagner en économie d’énergie et en confort de vie, plusieurs options d’isolation s’offrent à vous :
  • L’isolation par l’intérieur, une technique qui consiste à placer l’isolant entre le mur extérieur et l’intérieur de la maison.
  • L’isolation par l’extérieur. Ici, l’isolant se trouve entre le mur et l’extérieur.
  • L’isolation répartie, directement intégrée dans les murs.
Pensez également à réduire les ponts thermiques. Veillez aux planchers, aux prises électriques, d’antennes, les structures des fenêtres, les volets roulants encastrés… Attention aux finitions et pensez à tester la valeur d’infiltration d’air. Les bons gestes pour limiter les fuites et réduire sa consommation de chauffage.

Quand isolation thermique rime avec économies

Isoler sa maison est un réel investissement. Mais est-ce vraiment rentable ? Pensez sur le long terme. Une maison bien isolée permettra de réduire sa consommation de chauffage. Une économie non négligeable à calculer sur plusieurs années !

Autre élément, sachez qu’investir dans du matériel ultra performant, souvent onéreux, n’est plus une priorité. En effet, une maison bien isolée rime avec consommations énergétiques plus faibles. Un simple poêle à bois peu largement suffire.

A prendre également en compte, les aides accordées par l’Etat, qui peuvent, dans certains cas, vous donner un sacré coup de pouce et contribuer à rentabiliser votre investissement. Sachez enfin que vous gagnerez en confort de vie et protégerez la planète. Et ça, ça n’a pas de prix !

Aides : trouver celle qui me correspond

De nombreuses aides permettent à tous ceux qui désirent entamer des travaux de rénovation énergétique de réduire le coût et de favoriser l’investissement :
  • Le CITE. Accessible aux propriétaires occupants et aux locataires, il permet de déduire 30 % des dépenses de ses impôts.
  • L’éco-prêt à taux zéro. Accessible à tous les propriétaires occupants ou non, il permet de bénéficier d’un prêt maximum de 30 000 €.
  • Le programme Habiter Mieux. Accessible aux propriétaires occupants sous conditions de ressources, il offre une aide allant jusqu’à 10 000 €, pouvant être complétée par une prime d’état oscillant entre 1 600 et 2 000 €.
Sachez qu’il existe aussi des aides moins connues comme les prêts ciblés, les crédits développement durable, mais aussi des aides locales et d’autres liées à la précarité énergétique comme l’ASE.
>  Voir toutes mes News